Search

Vous avez atteint un plateau ? Des conseils pour continuer votre ascension…

Updated: Jan 26

Quoi de plus passionnant que d’apprendre une langue étrangère ! Mais quelle frustration que d’atteindre un plateau linguistique et ne pas savoir comment le dépasser. Impatience, découragement, tentation de tout arrêter… Que faire ?

Rassurez-vous, cette phase de plateau est un phénomène tout à fait normal, commun à tous les apprentissages.
Voyons ensemble pourquoi ce phénomène se produit et surtout comment en sortir.

Qu’est-ce qu’un plateau d’apprentissage ?

Vous êtes sur un plateau quand vous sentez que votre rythme d’apprentissage ralentit.

Au tout début, lorsque vous commencez à apprendre une langue (ou n’importe quelle compétence), vous faites généralement des progrès rapides. Votre motivation est à son maximum.

Au fil du temps, l’excitation du début laisse peu à peu place à une certaine monotonie.

C’est aussi à ce moment-là que vous avez tendance à vous concentrer sur ce que vous ne savez pas, plutôt que de célébrer ce que vous savez. Ressentir une certaine saturation n’est pas rare non plus…

Surtout, c’est quand vous sentez que vous devez étudier deux fois plus pour continuer à vous améliorer (un peu !) qu’on peut dire que vous avez atteint un plateau.


Qui rencontre un plateau linguistique ?

Tout le monde ! Toutes les personnes qui apprennent une langue étrangère sont à un moment ou à un autre confrontées à ce phénomène. Cela se produit souvent entre les niveaux B (Intermédiaire) et C (Avancé) du cadre CEFR, mais il n’est pas rare de l’observer à des niveaux plus élémentaires.

France Education Internationale estime qu’il faut environ 200 heures d’apprentissage pour atteindre le niveau élémentaire A2, plus de 400 heures supplémentaires pour obtenir le niveau intermédiaire B2, auxquelles il faut ajouter plus de 250 heures par parvenir au niveau Avancé C1. La route est longue !

À chaque niveau atteint, nous pouvons avoir tendance à nous auto-satisfaire et à considérer que nous sommes assez compétents. La nature étant ainsi faite, nous nous maintenons alors dans une zone de confort. C’est « le début de la fin » de l’amélioration !

Hélas, beaucoup d’apprenants n’arrivent pas à quitter cette phase de plateau tant redoutée – c’est souvent la raison pour laquelle ils abandonnent leur apprentissage.



Voici quelques conseils pour poursuivre votre ascension.


1. Examinez pourquoi vous apprenez une langue étrangère

Avoir une « bonne raison » est certainement la condition la plus favorable pour apprendre une langue étrangère et garantir une motivation solide.

Si vous avez atteint un plateau et que vous ne vous êtes jamais vraiment demandé «pourquoi j’apprends cette langue ?», c’est le moment idéal de le faire. De même, si vous aviez préalablement une « bonne raison » mais que votre situation a changé, il est temps de réétudier votre « pourquoi ».

Si à la question « Pourquoi apprenez-vous le français ? », votre réponse est « parce que c’est romantique », votre motivation est probablement plus fragile que si vous vous préparez à l’examen TCF qui vous ouvrira les portes de la Sorbonne !

Réfléchissez aussi aux bénéfices que l’apprentissage d’une langue peut vous apporter : stimulation de vos capacités cognitives, augmentation de vos opportunités professionnelles, sérénité et autonomie dans vos voyages.

Rappelez-vous également qu'apprendre une langue étrangère vous ouvre les portes d'une nouvelle culture.



2. Développez une plus grande discipline

Même si une forte motivation est un ingrédient crucial pour atteindre vos objectifs, ce n'est pas toujours suffisant. Vous avez aussi besoin de discipline pour affronter les jours où la motivation n’est pas au rendez-vous.

Établir un programme d’étude se révèle souvent très utile ; cela vous permet de rester concentrés et en cohérence avec l’objectif que vous vous êtes fixé.

Dans votre calendrier, planifiez vos activités en leur allouant un temps précis. C’est une excellente façon de vous discipliner, de visualiser ce que vous devez apprendre et quand vous devez le faire.

Les jours où vous avez « la flemme », forcez-vous à accomplir une tâche amusante (regarder un épisode d’une série que vous aimez, par exemple). Vous constaterez rapidement que débuter une tâche est souvent la partie la plus difficile, et une fois que vous aurez commencé, vous arriverez à vous concentrer et à continuer d’étudier.


3. Variez vos activités

Changer d’activités est un excellent moyen de ressentir à nouveau du plaisir et de l’épanouissement dans ce que nous réalisons. Il en est de même pour l’apprentissage d’une langue étrangère.

Commencez par passer en revue chacune de vos activités linguistiques et posez-vous la question : « Est-ce que cette activité me plait ? » Si la réponse est « Non », éliminez-la ou modifiez-la ! Parmi la multitude d’activités linguistiques de compréhension (lire et écouter) et d’expression (écrire et parler) qui existent, vous en trouverez sans aucun doute certaines que vous serez contents d'explorer.

Par exemple, au lieu de consulter les mêmes vieux manuels :

  • Créez vos propres fiches en les dessinant ou en les enregistrant oralement.

  • Commencez un journal linguistique où vous noterez vos idées et suivrez vos progrès.

  • Lisez l’un de vos livres préférés (ou regardez votre film favori) dans la langue que vous apprenez.

  • Jouez à des jeux vidéo en ligne.

  • Prenez des cours avec un nouvel enseignant.



4. Parlez avec un locuteur natif

Dans le processus d’apprentissage d’une langue étrangère, l’un des signes fréquents du «plateau» est lorsque vous avez recours aux mêmes mots et aux mêmes expressions. Souvenez-vous, vous êtes dans votre zone de confort…

Quel dommage de se limiter à l’usage de certains termes alors qu’il en existe tellement d’autres, riches, détaillés et nuancés.

Pour sortir de ce « ronron » et ressentir une amélioration notoire, rien de mieux que de parler à un interlocuteur natif, une personne objective qui vous corrigera chaque fois que vous dites quelque chose de bizarre, ou qui soulignera gentiment que «vous pouvez aussi dire ça d’une autre façon».

S’exprimer de façon naturelle n’est pas quelque chose qui se développe simplement à l’aide d’une application ou en participant à un cours de groupe avec d’autres étudiants.

Parler régulièrement avec un natif - en tête-à tête - est un moyen sûr de cibler les zones où vous êtes le plus faible et atteindre de nouveaux sommets.


5. Immergez-vous

Pour réellement progresser en français, quoi de mieux que de suivre un stage de langue en France !

L’immersion linguistique est une pratique qui porte ses fruits : plus vous êtes exposés à une langue étrangère, plus vous entraînez vos yeux, vos oreilles et votre langue, et plus vous progressez.

Heureusement, il n’est pas indispensable de vous immerger dans un pays étranger pour y parvenir. Vous pouvez le faire facilement en transformant votre environnement quotidien.

Que passerait-il si toutes les informations que vous receviez – de votre ordinateur, de votre téléphone, de vos journaux, de votre télévision – étaient en français ?

Vous seriez probablement désorientés au début, mais c’est un désagrément qui vous aidera à sortir de votre zone de confort linguistique.

En réglant différemment votre téléphone ou votre tablette, vous recevrez automatiquement plus de matériel de lecture dans votre langue cible. Vous pouvez aussi changer vos recherches YouTube et Google. Si vous êtes très motivés, remplacez également les journaux, émissions de télévision et podcasts !



6. Soyez indulgents avec vous-mêmes

Le plus souvent, lorsque vous avez du mal à apprendre une langue, ce ne sont pas seulement vos méthodes qui font défaut... C’est votre état d’esprit.

La première chose à faire lorsque vous traversez une phase difficile dans votre parcours d’apprentissage est de ne pas vous autoflageller. Ne soyez pas trop durs avec vous-mêmes !

L’apprentissage d’une langue est un marathon, pas un sprint. Si vous vous fixez des objectifs irréalistes, si vous vous comparez sans cesse aux progrès des autres, vous finirez par être frustrés, car chacun possède un profil et un rythme d’apprentissage différent avec ses forces et ses faiblesses.

Considérez aussi le chemin que vous avez parcouru depuis le début. Revoyez le matériel que vous utilisiez (et avec lequel vous luttiez) il y a des mois. Si vous tenez un journal linguistique, lisez les anciennes pages, voyez le nouveau vocabulaire que vous avez appris et regardez comme votre écriture s’est améliorée depuis vos premiers mois.

Gardez en tête que le plateau sur lequel vous vous trouvez est un « défi », pas une tragédie insurmontable. Rappelez-vous aussi que tous ceux qui apprennent une langue – des complets novices aux linguistes les plus chevronnés – rencontrent ces plateaux. Certains perdent leur motivation en cours de route, mais ce n'est pas une fatalité, vous avez les moyens de surmonter cette étape.


Bonne chance dans votre voyage !


84 views0 comments

Recent Posts

See All